MOUVEMENT   CITOYEN   DES   AARCHS ....      ALGERIE

Textes Déclarations

Lecteurs

Presse Forum Chat Nous contacter Accueil

COORDINATION DES AÂRCHS, DAIRAS ET COMMUNES DE TIZI-OUZOU

C.A.D.C

 A Monsieur le directeur du quotidien « Liberté »

 MISE AU POINT

 En vertu de notre droit de réponse, nous vous adressons cette mise au point à l’article intitulé «  Rapt d’entrepreneurs à Tizi-Ouzou et Boumerdès / Les milliards du kidnapping » paru dans votre édition du 02/08/2006, et lequel contient des propos calomnieux et des imputations malveillante à l’égard du Mouvement Citoyen des Aârchs.

 

Au premier chapitre de l’article « Les milliards du kidnapping  », le Mouvement citoyen des Aârchs est littéralement descendu en flammes à travers des propos empruntés à des personnes sous couvert de l’anonymat selon quoi « il est responsable de perpétuer le chaos ». D’évidence, ces petits « bonnets » anonymes ne connaissent rien du chaos pour pouvoir en parler avec lucidité. En effet, le chaos, le véritable, aurait pu se produire si il n’y avait pas eu justement l’émergence et l’interposition du Mouvement des Aârchs qui a pris ses responsabilités avec courage en canalisant la furie meurtrière qui s’est emparé de la Kabylie lors des tragiques événement du Printemps noir que certains cercles voulaient faire dégénérer en conflit armé. Il est clair, cependant, que ces gens fantomatiques sont trop lâches pour accabler les véritables géniteurs du chaos à savoir les gendarmes qui ont assassiné de sang froid des innocents. Quant au Mouvement citoyen, tout le monde l’atteste sauf les serviteurs de la mafia politico-financière, il n’a fait que canaliser pacifiquement la colère des manifestants à l’heure de la répression et par la suite a pu neutraliser les pyromanes intéressés par le statu-quo même après l’acceptation de la plate-forme d’El-Kseur par les autorités et l’entame du dialogue pour sa mise en œuvre.

 

La deuxième partie de l’article est consacrée pour enfoncer encore le clou à travers les propos mensongers et abracadabrants d’un industriel de Tizi, qui déclare sous le couvert de l’anonymat bien sûr, que : « Les archs se soulèvent et protestent contre toute arrestation. Celle d’un tenancier de bar, d’un voleur … Ils font feu de tout bois (…) ». Il est vrai que le ridicule même doublé d’indécence ne tue pas ! Comment sinon oser insinuer, si n’est pas à dessein malsain, que le mouvement défend les voyous et les tenants des lieux de débauche ?! Or que la réalité est aux antipodes de cette débile assertion puisque tout le monde sait que le mouvement s’est pleinement investi, et c’est le premier qui a eu le courage de le faire, pour demander la fermeture des lieux de débauche en Kabylie. Les pétitions lancées à cet effet par le mouvement sont toujours là des preuves matérielles pour en témoigner de façon péremptoire.

 

Les sources anonymes ne manquent pas finalement de se dévoiler et de révéler leurs intentions inavouables en reprochant au gouvernement le départ des gendarmes. Ils semblent toutefois oublier que le départ de ce corps, mis en quarantaine en Kabylie, est une revendication populaire exprimée franchement à travers des pétitions et des manifestations de rue. Cela étant, tout le monde l’aura compris les affabulations grotesques et autres farfelus prétextes servis sous couvert de l’anonymat visent rien de moins qu’à convaincre de la nécessité du retour de la gendarmerie en Kabylie et par ricochet à discréditer le Mouvement des Aârchs qui est resté fidèle à ses principes et ses engagements. Aussi, cette histoire de kidnappings et d’insécurité amplifiées de manière surnaturelle obéit-elle  à un plan médiatique déstiné à faire avaler la pilule du retour de la gendarmerie à l’opinion publique qui demeure très réfractaire. En fait, la vérité est que selon la vox populi il y a deux versions plausibles pur expliquer ce phénomène des kidnappings. La première est que ces kidnappings sont des pures mises en scènes en relation directe avec des affaires d’argent sale et avec la question lancinante du retour de la gendarmerie. La deuxième est que les bandes armées qui sont derrières ces rapts ciblent spécialement des patrons de société écrans servant de prête-noms à des officiers et dignitaires du régime. Il est clair, enfin, que toute cette agitation gesticulatoire s’est faite pour essayer de manipuler ces deux opinions qui ont cours au sein de la population.

  

ULAC SMAH ULAC

LE COMBAT CONTNUE

 

Tizi-Rached, le 03/08/2006