MOUVEMENT   CITOYEN   DES   AARCHS ....      ALGERIE

Textes Déclarations

Lecteurs

Presse Forum Chat Nous contacter Accueil

 

AFP 4 jan 2005

   Le gouvernement invite les Aarchs à reprendre le dialogue  

 ALGER
  Le chef du gouvernement algérien Ahmed Ouyahia a invité mardi le mouvement contestataire des âarchs à reprendre le dialogue, interrompu en février 2004, pour résoudre la crise secouant la Kabylie (est d'Alger) depuis près de quatre ans, a-t-on annoncé de source officielle à Alger.  
 Ce dialogue, amorcé en janvier 2004 avec difficulté et après des tentatives avortées, avait abouti à un échec le 7 février 2004, butant sur la reconnaissance officielle de la langue tamazight (berbère), la langue des Kabyles, un point considéré comme fondamental par les âarchs pour résoudre la crise.  
 "A la veille de la célébration de Yennayer (12 janvier: premier jour du Nouvel an berbère), le chef du gouvernement invite de nouveau le mouvement citoyen (les âarchs) à venir reprendre le dialogue déjà entamé dans le but d'aboutir à un accord global de mise en oeuvre de la plate-forme d'El-Kseur", a indiqué un communiqué du gouvernement.  
 La plate-forme d'El Kseur est le document de référence du mouvement des âarchs adopté le 11 juin 2001, dans cette bourgade kabyle, dans le feu des émeutes du printemps noir qui avaient, d'avril 2001 à mars 2002, une centaine de morts et des milliers de blessés.  
 Ce texte comprend 15 points jugés fondamentaux et "non négociables" par les âarchs pour résoudre la crise en Kabylie, notamment la mise en oeuvre d'un plan d'urgence de développement économique.  
 "A travers le protocole conclu le 6 janvier 2004 et complété le 22 du même mois, le chef du gouvernement et le mouvement citoyen (les âarchs) sont arrivés à un accord au sujet des six incidences. Cet accord, dont la mise en oeuvre a été entamée, constitue un engagement qui sera appliqué", a ajouté le communiqué du gouvernement.  
 Un accord sur des préalables avant d'aborder la plate-forme d'El Kseur avait permis de régler en janvier 2004 les six "incidences" des émeutes, comme les qualifient les âarchs.