MOUVEMENT   CITOYEN   DES   AARCHS ....      ALGERIE

Textes Déclarations

Lecteurs

Presse Forum Chat Nous contacter Accueil

Explicitation de la plate forme d'El Kseur

Préambule

Du printemps noir 2001, ayant entraîné des dizaines de morts et des centaines de blessés, est né, dans la douleur, le Mouvement Citoyen. L'assassinat prémédité du jeune lycéen GUERMAH Massinissa dans l'enceinte de la brigade de gendarmerie de BENI DOUALA et l'enlèvement des collégiens d'AMIZOUR, n'est que l'étincelle qui a ébranlé toute la société longtemps bafouée dans sa dignité et ses droits légitimes.
Le régime totalitaire, avec sa gestion bureaucratique, a produit les frustrations de notre jeunesse marginalisée.
Le déni identitaire et linguistique, le ras le bol généralisé, l'étouffement de toutes les libertés, l'impunité et la Hogra institutionnalisée, le chômage endémique, sont autant de facteurs ayant poussé la jeunesse à se soulever.
Le pouvoir fidèle à ses pratiques machiavéliques depuis l'indépendance, s'est rendu encore une fois coupable des événements dramatiques du printemps noir 2001 de la Kabylie, assumera seul la pleine et entière responsabilité du drame.
Le mouvement citoyen d'essence démocratique et résolument pacifique, mobilisateur et émanant des profondeurs de la société, transpartisan, autonome, se refusant à toute forme d’allégeance ou substitution aux formations politiques et aux institutions de l'Etat , tirant les leçons du passé, réaffirme son engagement et sa détermination à honorer le sang des martyrs et des victimes et à faire aboutir la plate forme de revendications d'El Kseur.
Afin de contrer l'interprétation fallacieuse, réductrice et tendancieuse de cette plate forme de revendication, et devant les tentatives vaines du pouvoir de travestir son esprit et sa portée, en la vidant de son sens par des procédés sournois, allant jusqu'à se trouver une pseudo délégation de " négociateurs " au service de leurs seuls intérêts.
L'explicitation de la plate forme d'EL Kseur qui suit, fait apparaître clairement la portée authentique à la hauteur des espérances de ses martyrs et des citoyens.
Le sang de nos enfants ne fera l'objet d'aucun marchandage et le sacrifice suprême consenti ne sera pas vain.
Face aux multiples actions locales et nationales entreprises pacifiquement par des millions de citoyens en vue de faire aboutir les revendications légitimes, le pouvoir a répondu par des répressions sanglantes et meurtrières, par l'usage de son arsenal de guerre et de pratiques diaboliques allant jusqu'à vouloir dresser une partie du peuple algérien contre une autre.
Devant la forfaiture du pouvoir qui reste sourd aux revendications légitimes, le mouvement citoyen prend à témoin l'opinion publique nationale et internationale et exige une réponse officielle favorable urgente et publique à la plate forme de revendication d'El Kseur adoptée le 11 juin 2001 et explicitée à Larbaa nath-irathen le 31 octobre 2001.

CHAPITRE I

REPARATIONS DUES AUX VICTIMES DU PRINTEMPS NOIR 2001 (REF: 1,3,5,14)



1. Pour le Pour la prise en charge urgente par l'Etat de toutes les victimes blessées et familles des martyrs de la répression durant les événements.
3.Pour un statut de martyr à chaque victime de la dignité durant ces événements et la protection de tous les témoins du drame.
5.Pour l'annulation des poursuites judiciaires contre tous les manifestants ainsi que l'acquittement de ceux déjà jugés durant ces événements.
14.Pour un réaménagement au cas par cas des examens régionaux pour élèves n’ayant pas pu les passer.
Exigeons de l'Etat la reconnaissance officielle et publique
de ses responsabilités unilatérales, pleines et entières dans les événements du printemps noir 2001 par:
L'obligation de réparations morale et matérielle vis à vis de toutes les victimes et ayants droit.
Le statut de martyr pour toutes les victimes ayant succombé durant et suite aux événements.
Le statut d'invalide ou de mutilé pour toutes les victimes blessées dans leur chair, meurtries ou traumatisées.
Une juste réparation pour tous les préjudices matériels et moraux subis par la population.
Annulation de toutes poursuites à l'encontre des manifestants et prononciation d'un non-lieu au profit de tous les manifestants mis en cause.
Prise en charge médicale par l’état de toutes les victimes et remboursement des frais engagés au profit des familles et de la collectivité.
La protection assortie de garanties publiques et juridiques de tous les témoins du drame.
La prise en charge pédagogique et psychologique des élèves dont la scolarité est perturbée suite aux tragiques événements

 

CHAPITRE II

REPARATION PAR LE CHATIMENT ET LA SANCTION (REF: 2,4,6,7)


2.Pour le jugement par les tribunaux civils de tous les auteurs, ordonnateurs et commanditaires des crimes et leur radiation des corps de sécurité et des fonctions publiques.
4.Pour le départ immédiat des brigades de gendarmerie et des renforts des CRS.
6. Arrêt immédiat des expéditions punitives, des intimidations et des provocations contre la population.
7.Dissolution des commissions d'enquêtes initiées par le pouvoir.
Exigeons de l'Etat le châtiment de tous les coupables et responsables avérés à tous les niveaux de commandement dans les événements. Ils doivent être radiés de leurs corps respectifs et traduits devant les tribunaux civils.
Les brigades de gendarmerie, de par leurs comportements hors la loi, à l'origine de tous les fléaux tels la corruption, le trafic de drogue, le racket, les intimidations et humiliations, vainement dénoncées, ont fini par se rendre coupables d'assassinats délibérés de jeunes innocents, provoquant ainsi une véritable révolte généralisée et légitime des populations.
De ce fait, la présence de ce corps est devenus insupportable, au point d'être perçue et ressentie comme une agression intolérable aux yeux des citoyens.
Le départ de la gendarmerie et des URS, s'impose donc comme un impératif incontournable.
Par ailleurs, toutes ses missions en relation avec la vie civile des citoyens, notamment celles du maintien de l'ordre et de police judiciaire, doivent être confiées à un corps civil de sécurité de remplacement.
Nous exigeons une commission d'enquête composée de personnalités indépendantes, intègres et ayant l'aval des familles des victimes, des blessés et des représentants du mouvement citoyen, en remplacement des commissions initiées par le pouvoir.
Mettre tous les moyens nécessaires, matériels et autres, et lever toutes entraves à l'éclosion de la vérité sur les assassinats et garantir la libre investigation dans les corps et les établissements concernés.
Nous exigeons l'engagement officiel de l'Etat à respecter les conclusions de cette commission.
Il est également exigé de cesser toute forme de provocation, représailles, harcèlement, de quelque nature que ce soit et à tous les niveaux, l’arrêt immédiat des assauts sauvages sur les populations ainsi que les intimidations, provocations et la cessation des violations des domiciles et du saccage des biens privés.

 

 

CHAPITRE III

REVENDICATIONS DEMOCRATIQUES ET HISTORIQUES (REF: 8,9,11,13)


8.Satisfaction de la revendication Amazigh dans toutes ses dimensions (Identitaire, civilisationnelle, linguistique et culturelle) sans référendum et sans conditions et la consécration de Tamazight en tant que Langue Nationale et Officielle.
9. Pour un Etat garantissant tous les droits socio-économiques et toutes les libertés démocratiques.
11.La mise sous l'autorité effective des instances démocratiquement élues de toutes les fonctions exécutives de l'Etat ainsi que les corps de sécurité.
13.Contre TAMHEQRANIT( HOGRA) et toute forme d'injustice et d'exclusion.
Consacrer officiellement les liens naturels et authentiques du peuple algérien avec son histoire, et lui permettre
de vivre dans un Etat démocratique et respectueux des valeurs universelles des droits de l'homme.
Satisfaction de la revendication Amazigh dans toutes ses dimensions identitaire, civilisationnelle, linguistique et culturelle.
Tamazight langue Nationale et Officielle.
La consécration institutionnelle et constitutionnelle de Tamazight doit se traduire par un statut et des moyens identiques à ceux octroyés à la langue arabe.
L'Etat doit s'engager à concrétiser cette revendication avant toute consultation électorale.
Consécration et respect de toutes les libertés démocratiques énoncées par la Déclaration Universelle des Droits de l'Homme et autres pactes y afférant.
Le libre exercice des libertés démocratiques sans aucune entrave par l'application effective de toutes les résolutions de la Déclaration Universelle des Droits de l'Homme et la levée de toutes les réserves émises par l'Etat lors de sa ratification.
La séparation effective des pouvoirs législatifs, exécutif et judiciaire.
Exigeons un plan de lutte contre la HOGRA, la corruption, les passes droit et toute forme de discrimination et d'exclusion empêchant l’exercice des droits citoyens.
Elaboration d'une charte citoyenne en collaboration avec le mouvement citoyen, apte à promouvoir de nouveaux rapports sociaux et assortie des textes juridiques d'application permettant le plein exercice de la citoyenneté.
Les dramatiques événements de la Kabylie ont démontré l'impuissance flagrante des élus et des responsables à tous les niveaux face à l'acharnement des gendarmes et au massacre des innocents.
Devant un drame de cette nature, l'ensemble des institutions doivent se remettre en cause et revenir aux normes citoyennes.
La toute puissance des corps de sécurité, l'impuissance des organes exécutifs, conjuguées à l'absence de tout pouvoir d'intervention des instances élues ont conduit fatalement au crime, à l'arbitraire et à l'impunité.
L'instauration de la démocratie et d'une large décentralisation effective exigent la prééminence des instances élues sur les instances exécutives et les services de sécurité.
C'est à cette condition, et à cette seule condition que les organisations citoyennes puissent pleinement participer à la vie de la cité, par un contrôle permanent des affaires publiques, pouvant aller jusqu'à la remise en cause du mandat électoral et l'organisation d'une nouvelle consultation populaire, consacrant ainsi la démocratie à la base.

 

 

CHAPITRE IV
REVENDICATIONS SOCIO-ECONOMIQUES (REF : 10,12,15)


10.Contre les politiques de sous développement, de paupérisation et de clochardisation du peuple algérien.
12.Pour un plan d'urgence socio-économique pour toute la région de Kabylie.
15.Institution d'une allocation chômage pour tout demandeur d'emploi à hauteur 50%SNMG.
De larges pans de la société vivent aujourd'hui en dessous du seuil de la pauvreté, résultat de l'échec total des réformes successives initiées depuis l'indépendance et expérimentées à contre courant de toutes les aspirations citoyennes.
Le désespoir de la jeunesse, exaspérée, désenchantée, de par la faillite du système éducatif et de l'appareil économique,
exacerbé par l'échec de tous les mythes entretenus à dessein pour servir des intérêts occultes, ont plongé des générations entières dans la désolation et dans la précarité, entraînant ainsi la destruction du tissu social et des valeurs universelles.
Des droits socio-économiques qui garantissent la préservation de la dignité humaine, une vie décente et digne pour tous les Algériens.
La refonte du système éducatif, résolument tournée vers la modernité, les valeurs universelles et républicaines, en substance, il faut revenir à l'enseignement des matières scientifiques dans la langue véhiculaire en vigueur, et bannir tout programme d'endoctrinement religieux.
Cette refonte doit intégrer une politique de formation professionnelle et d'insertion socioprofessionnelle durable en mesure de protéger cette catégorie, particulièrement vulnérable contre les fléaux sociaux.
La réhabilitation du citoyen algérien passe par la connaissance de son histoire millénaire et authentique.
La consécration d'un Etat de droit exige la séparation des pouvoirs, et une indépendance de la justice qui garanti l'égalité des citoyens devant la loi, sans aucune distinction, en particulier l'égalité entre l'homme et la femme dans tous les domaines.
La relance économique capable d'ouvrir des horizons prometteurs pour la jeunesse doit répondre aux exigences des normes internationales tel que le week-end universel. Elle exige une juste répartition des richesses nationales orientée vers une politique économique créatrice de richesses et productive, assortie de mesures d'insertion telle la mise en place d'une allocation chômage et d'aide à la recherche de l'emploi à hauteur de 50% du SNMG.
La situation actuelle de la région appelle un plan socio-économique d'urgence.
Les perspectives de développement doivent être adaptées aux spécificités de la région, et privilégier les infrastructures de base jusque là délaissées et lever les entraves bureaucratiques et introduire des instruments juridiques concrétisant les investissements productifs et créateurs d’emploi.
Un plan de développement régional efficient implique la mise en place de mesures incitatives performantes, une politique fiscale appropriée.
Après la satisfaction pleine et entière de la plate forme de revendication d’El-Kseur, la mise en œuvre des solutions doit avoir l’aval du mouvement des Aarchs, Dairas et Communes, partie prenante dans les applications.

Explicitation et adoption à Larbaa-Nath-Irathen le 31/10/2001

ULAC SMAH ULAC

LE COMBAT CONTINUE