MOUVEMENT   CITOYEN   DES   AARCHS ....      ALGERIE

Textes Déclarations

Lecteurs

Presse Forum Chat Nous contacter Accueil

Rejet des élections législatives du 30 mai 2002

Appel

La dynamique citoyenne qui a secoué la nation algérienne n’a pas empêché le pouvoir mafieux et assassin de demeurer fidèle à sa fuite en avant, en voulant organiser une énième farce électorale programmée pour le 30 mai 2002, faisant fi d’une situation dramatique à tous les niveaux :

- Des couches de plus en plus en plus larges de la population sont atteintes par la paupérisation.
- Les libertés sont toujours confisquées, les droits de l’Homme bafoués et l’expression politique étouffée.
- La Hogra, l’impunité, la corruption, les passes droits font partie des mœurs politique des gouvernants, recyclant des dinosaures condamnés par l’histoire pour les propulser au plus hautes fonctions de l’état.

Peut – on réellement croire que ces élections apporteront un quelconque changement au quotidien de l’algérien ?
Sachons qu’il s’agit en fait, d’une opération spectacle que le pouvoir s’ingéniera à faire accréditer en remettant sur le tapis des recettes éculées comme la menace intégriste ou la garantie de l’honnêteté des élections.

ALGERIENNES, ALGERIENS

Le mouvement citoyen des Aarchs, né des événements douloureux du printemps noir 2001 appelle l’ensemble de la société civile, les partis et hommes politiques, personnalités historiques, syndicats, intellectuelles, universitaires, cadres travailleurs, et chômeurs, femmes et jeunes, s’inscrivant dans cette dynamique historique et dans la mouvance démocratique à se prononcer et participer activement et massivement à l’action de rejet et de discrédit de cette énième mascarade.

ALGERIENNES, ALGERIENS

- L’heure n’est pas aux lamentations, à la résignation et au défaitisme, elle est à l’action.
- Tous ensemble, main dans la main, soyons fidèles au rendez-vous de l’histoire
- Pour marquer la rupture définitive avec ce système rentier, corrompu et corrupteur, vous appelés à exprimer votre position de rejet et de refus de la compromission, sur les lieux de travail, dans les quartiers et village